Knit Black Mens Gelmai Leather Sneakers Lowtop Asics c2eXT0EV
Diadora Bordeaux III N9000 3J5HggJX0z
TODS Chaussures KMqOjTM
Gellyte Mens White Asics Sneakers CgfYtYl

Juin 2018, le bazar de Téhéran. Les commerçants manifestent contre la crise économique, la chute de la monnaie iranienne, l’envolée du dollar.

AP- La situation économique de la République islamique d’Iran se dégrade de jour en jour. La chute du rial, la monnaie nationale, provoque la hausse des prix et le mécontentement de la population. L’entrée en vigueur de la première vague des sanctions américaines le 7 août empire cette situation. Pour Djamchid Assadi, professeur à l’École supérieure de commerce de Dijon-Bourgogne, le régime iranien n’a pas d’autre choix que de donner des gages sur sa politique étrangère et calmer les tensions politiques dans la région.

RFI : On le sait, une partie des sanctions américaines suspendues dans le cadre de l’Accord nucléaire de 2015 ont été rétablies depuis le mardi 7 août. Quelles peuvent être les effets de ces sanctions sur l’économie iranienne   ?

Djamchid Assadi : Des effets très négatifs. Il y a quatre grandes mesures, dont trois vont avoir des effets très directs sur l’économie iranienne. Premièrement, l’interdiction faite à l’Iran d’effectuer des transactions en dollars. Ce qui signifie que si la République islamique réussit à vendre son pétrole, elle ne pourrait pas recevoir le paiement en dollars, le dollar étant la devise des transactions pétrolières. Mais, et c’est la deuxième mesure, la transaction d’or est également interdite pour la République islamique. Ainsi, l’Iran ne pourrait pas réclamer le paiement de son pétrole en or non plus.

Il lui reste deux solutions : vendre sans toucher dans l’immédiat son argent, ce qui ne lui convient pas, car la vente de pétrole constitue sa principale ressource. Deuxième solution : vendre son pétrole contre l’achat de marchandises, ce qui ne constitue pas non plus une solution agréable, car elle serait presque contrainte d’acheter les produits qu’on lui donne sans pouvoir choisir ou mettre en concurrence les vendeurs. L’ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad l’avait essayé avec la Chine et le Pakistan. Il a reçu des produits chinois de mauvaise qualité et du riz pakistanais avarié qui a provoqué des problèmes sanitaires dans le pays.

Troisième mesure importante, c’est l’interdiction de vente de certains autres métaux indispensables pour l’industrie d’automobile iranienne. Celle-ci constitue, après le pétrole et la construction, le troisième secteur d’activité de l’économie iranienne. La production industrielle en récession, le taux de chômage élevé et l’inflation galopante vont donc peser sur l’économie iranienne.

Mais certains effets étaient déjà ressentis avant même la date fatidique du 7 août…

Gel Ns V lyte Men s Asics Orange TZ5Zm Bien évidemment, parce que les clients sont prévoyants. Et au lieu de chercher des solutions de dernière minute, ils se prémunissent le plus tôt possible. C’est par ailleurs ce qui va se passer d’ici le mois de novembre quand le deuxième paquet des sanctions américaines va tomber avec des restrictions très importantes qui seront imposées à l’industrie pétrolière iranienne. D’ailleurs, la plus importante raffinerie indienne a déjà renoncé à acheter du pétrole iranien.

Quelle est la part des sanctions et celle de la mauvaise gestion sur la situation économique du pays, situation jugée par tous déplorable   ?

s V Asics Men lyte Orange Gel Ns FJ9HLTdN3 Sans aucun doute, la mauvaise gestion. Qui avait donné la devise au prix officiel très avantageux pour importer des voitures de luxe ? Qui avait accordé tant de privilèges aux rentiers qui dilapident les deniers publics ? Qui, si ce ne sont le gouvernement et les autres institutions d’Etat ont consenti tant de gros contrats aux entreprises affiliées au Pasdaran (Gardiens de la révolution) ? Si aujourd’hui, il y a des sanctions, c’est aussi parce que le régime islamique a mal géré ses relations extérieures. Il y avait déjà une situation économique très détériorée avant même que les sanctions ne tombent ; avec elles, la situation va s’aggraver encore davantage. Mais la responsabilité de les prévenir, et maintenant qu’elles sont là, de faire à ce qu’elles soient levées, revient aux autorités iraniennes.

Alors ce n’est pas qu’un problème économique, c’est aussi un problème politique   ?

A coup sûr ! Les causes des difficultés économiques actuelles sont autant économiques que politiques, et cela aussi bien sur le plan national qu’international. Pour s’en sortir, Il faut donc chercher des solutions adaptées à ces réalités.

Sur le plan national, il faudrait à coup sûr libérer et assainir l’économie. Cela nécessite une volonté politique et une vision économique. Et sur le plan international, nous sommes dans l’ère de la mondialisation, où l’économie ne se développe qu’en relations et échanges avec les autres. Or, si l’Iran est aujourd’hui dans l’impasse, c’est parce que ce régime a multiplié des tensions dans la région et même au-delà. Le conflit déplorable chiites-sunnites, des tensions avec Israël, et d’autres encore ne permettent pas de profiter des échanges internationaux. Tant que ces tensions existent, l’économie iranienne reste forcément contrainte dans ses frontières nationales. Tant que ces tensions existent, il n’y aura pas d’investissements étrangers, et tant qu’il n’y a pas d’investissements, il n’y aura pas de reprise.

Le président Rohani avait dit lui-même au début de son mandat que le pays a besoin d’au moins 180 milliards de dollars sur quatre ans pour créer les emplois nécessaires. Cette somme n’existe pas en Iran et il faudra recourir aux investisseurs étrangers. Comment voulez-vous que les investisseurs étrangers investissent quand les Iraniens ne le font pas.

La République islamique d’Iran avait annoncé il y a quelques mois le lancement d’une cryptomonnaie pour contrer les sanctions. Où en est ce projet   ? Quels sont sa faisabilité et son impact réel   ? On compte sur son effet d’annonce ou y a-t-il une réalité derrière cela   ?

C’est un mauvais projet. Vous pensez que si les Etats-Unis veulent sanctionner une entreprise qui commerce avec l’Iran parce que celle-ci a travaillé avec le régime de Téhéran, ils s’en priveront ou en seront empêchés parce que les transactions avaient été réalisées en cryptomonnaie ? Non, ce n’est pas une solution. Les Iraniens avaient aussi pensé qu’ils pouvaient se faire payer en euros au lieu de dollars. On ne peut pas se plaindre et dire « pourquoi il y a des sanctions contre nous » et de continuer à créer des tensions avec ses voisins et la communauté internationale. Si on choisit la voie de la confrontation, il ne faut pas se plaindre des sanctions.

Le départ des investisseurs étrangers et la crise sociale et économique peuvent-ils obliger les autorités iraniennes à renégocier l’accord nucléaire comme le demande Donald Trump   ?

Les autorités iraniennes n’ont pas d’autre choix. Personnellement, je n’ai pas aimé la décision du président Trump d’annoncer unilatéralement la sortie des Etats-Unis de cet accord, mais les Européens, qui n’en sont pas sortis, demandent la même chose que le président américain. Evidemment, Donald Trump pouvait dire : « d’accord on garde l’accord nucléaire, mais on ne veut pas de tension, on ne veut pas de missile pour détruire Israël, on ne veut pas la cyberguerre, on ne veut pas que vous attaquiez nos alliés dans la région… » La France possède une base militaire aux Emirats arabes unis, les Etats-Unis ont la leur en Arabie saoudite. Donc, je pense que le régime islamique n’a pas d’autre choix que de respecter non seulement l’accord nucléaire, mais aussi de donner des gages à propos de sa politique étrangère.

Comment voyez-vous l’avenir   ?

Sans vouloir jouer au devin, je ne vois que deux attitudes possibles : soit, la République islamique accepte les exigences de la communauté internationale et, en principe, les sanctions seront levées. Soit elle ne les accepte pas et se trouve dans une impasse économique. Et il est très probable que dans ce dernier cas, les mécontentements populaires grandissants fassent vaciller le pays entre la révolution et la répression.

afriquepresse

V lyte Ns Men Asics s Gel Orange t378CSTBI Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply Nike White gs Run Huarache Mens 8SsdYzqXV1

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Orange s Gel V Ns Asics Men lyte gBkGcFU

Orange Men s Ns Gel Asics V lyte Mwdj2EX